Quand les coqs auront des dents

Les variétés spectaculaires ont toujours étés très recherchées. Celle-ci est un bloc de 4 timbres préoblitérés au type Coq de 1957, le piquage étant « à cheval », cet intervalle dentelé est très esthétique.
Ce 5F préo a été tiré à plus de 135 millions d’exemplaires du 1/7/58 au 4/12/58 en typographie rotative. En impression rotative, la dentelure se fait juste après l’impression du timbre et avant de massicoter en feuilles.
Un décalage entre l’impression et la dentelure est possible, décalage vertical ou horizontal dépendant du sens d’impression du timbre.

Lire la suite au format PDF

Les faux Merson dits de Forbin

On peut se demander pourquoi des faussaires aussi habiles ont fabriqué vers 1912 des timbres au type Merson de métropole et de bureaux français à l’étranger et pourquoi ils ont scrupuleusement apposé sur chacun d’eux une oblitération plus ou moins lisible.

Il faut savoir qu’à l’époque le 5 fr Merson de France oblitéré est recherché. Il semble qu’à partir de 1902 ce timbre devienne rare, tous les bureaux de Poste n’en sont pas approvisionnés, les collectionneurs répugnent à dépenser 5 fr pour un timbre neuf, il y a donc une forte demande pour ce timbre oblitéré. La loi est très sévère pour la contrefaçon de timbres neufs, elle est beaucoup plus indulgente pour la falsification de timbres oblitérés. Les fortes valeurs de Bureaux français à l’étranger utilisées ne sont pas communes ; il faut les faire venir, ce qui en renchérit le coût.

Lire la suite au format PDF

Jules Herman, Chaville

Jules Herman, habitant Chaville, est passé à la postérité dans le petit monde de la philatélie essentiellement pour deux de ses activités.
La première activité, celle qui l’a fait connaître du grand public, c’est la commercialisation de la pochette « Phila ». Sa naissance est annoncée dans l’Écho de la Timbrologie en 1915, page 116. Elle y est qualifiée d « Enveloppe diaphane » et décrite en détail.
Elle ne sera « baptisée » pochette « PHILA » par son inventeur dans le courant de la même année ainsi que nous l’apprend ce même journal. …

Lire la suite au format PDF

Fausses oblitérations anciennes

A la fin du XIXème siècle, nombre de collectionneurs recherchaient les timbres oblitérés ; ne s’intéressant pas aux timbres neufs, soit en raison de leur coût, soit considérant qu’un timbre doit avoir servi pour être digne de figurer dans leurs collections. A l’époque on décollait systématiquement les timbres des lettres pour pouvoir les mettre dans les albums. Il y avait un peu plus d’une centaine de timbres français et quelques centaines des colonies françaises, malgré l’apparition de surcharges.
La presse philatélique est remplie d’annonces commerciales proposant des timbres de tous pays. Mais les collectionneurs se méfient de ces offres provenant de pays exotiques, ils n’étaient pas certains de recevoir les timbres après les avoir payés, et encore moins assurés de leur authenticité. Tout négociant important, ou qui croyait l’être, avait sa revue ou son catalogue, si ce n’est les deux, c’était le meilleur moyen pour proposer des timbres à ses clients collectionneurs.

Lire la suite au format PDF

Fausses oblitérations modernes

Les collectionneurs de timbres du XX° siècle s’imaginent souvent que les faux et les falsifications concernent quasi uniquement les timbres dits « classiques », ceux du XIX° siècle. Leur seule crainte est d’acquérir, sans le savoir, des timbres regommés.
L’imagination l’appât du gain et l’habileté des faussaires leur font exercer leur industrie sur tous les timbres ou lettres dès qu’ils peuvent fabriquer ou modifier un document pour en tire bénéfice.
Les fausses oblitérations permettent d’atteindre ce but avec un minimum de technique et de moyens.

Lire la suite au format PDF

Réimpressions chinoises ?

Tout le monde sait depuis bien longtemps que les premières émissions de la République Populaire de Chine de 1949 à 1955 ont fait l’objet de retirages (on parle souvent de réimpressions) et que les tirages originaux sont excessivement difficiles à trouver en Europe, il semblerait surtout que ces originaux ne soient jamais parvenus jusqu’à nous, à de rares exceptions près.

Télécharger la suite au format PDF

Faux dessins de France et d’ailleurs…

J’ai découvert ce genre de faux dessins il y a plusieurs dizaines d’années. Après que l’on m’ ait demandé d’expertiser plusieurs dessins de timbres français, en 1977, j’ai écrit un article dans «Le Monde des philatélistes» (n ° 300, juillet-août 1977) . Depuis j’ai vu ce genre de faux dessins de temps en temps, lors de ventes aux enchères, dans des collections ou dans mon bureau lorsqu’un philatéliste me demandait mon avis.
Je pense qu’il existe plusieurs dizaines de contrefaçons différentes, fabriquées par le même faussaire. J’ai vu des dessins pour des timbres français, autrichiens, grecs, américains, espagnols et néerlandais. Je crains qu’il y en ait aussi pour d’autres pays …

Télécharger la suite en PDF

EPREUVES ?

On présente assez souvent à l’expertise des épreuves, en noir ou en couleurs de France ou d’autres pays. C’est ainsi que ces vignettes sont proposées à la vente, ou achetées par des collectionneurs confiants mais parfois insuffisamment compétents.

Télécharger la suite en PDF

Epreuves, essais…Falsifications !

Régulièrement, des collectionneurs me soumettent à l’expertise des essais ou des épreuves qui ne sont que des falsifications. Ce genre de productions assez récentes est souvent offert sur les sites de ventes.

Parfois les prix sont très bas, et les falsifications présentées comme étant de copies, d’autres fois les prix demandés sont assez élevés. Dans les deux cas ce sont les vendeurs qui sont gagnants, les acheteurs toujours perdants ; les faux n’ont aucune valeur. Les frais engagés par les fabricants sont minimes eu égard à leurs bénéfices.

Télécharger la suite au format PDF