Réimpressions chinoises ?

Tout le monde sait depuis bien longtemps que les premières émissions de la République Populaire de Chine de 1949 à 1955 ont fait l’objet de retirages (on parle souvent de réimpressions) et que les tirages originaux sont excessivement difficiles à trouver en Europe, il semblerait surtout que ces originaux ne soient jamais parvenus jusqu’à nous, à de rares exceptions près.

Télécharger la suite au format PDF

Faux dessins de France et d’ailleurs…

J’ai découvert ce genre de faux dessins il y a plusieurs dizaines d’années. Après que l’on m’ ait demandé d’expertiser plusieurs dessins de timbres français, en 1977, j’ai écrit un article dans «Le Monde des philatélistes» (n ° 300, juillet-août 1977) . Depuis j’ai vu ce genre de faux dessins de temps en temps, lors de ventes aux enchères, dans des collections ou dans mon bureau lorsqu’un philatéliste me demandait mon avis.
Je pense qu’il existe plusieurs dizaines de contrefaçons différentes, fabriquées par le même faussaire. J’ai vu des dessins pour des timbres français, autrichiens, grecs, américains, espagnols et néerlandais. Je crains qu’il y en ait aussi pour d’autres pays …

Télécharger la suite en PDF

Couleurs

L’EXPERTISE consiste à déterminer précisément l’état civil d’un timbre: son numéro suivant un catalogue, son état, sa couleur, son authenticité.
Ce sont les éléments qui caractérisent un timbre.

Les collectionneurs ont certains moyens pour établir le numéro d’un timbre. C’est parfois plus délicat pour l’authenticité malgré la documentation dont ils peuvent disposer. Mais souvent un peu d’observation et du bon sens suffisent pour éliminer certaines falsifications.

En ce qui concerne la couleur les philatélistes sont complètement désarmés. Les appellations varient suivant les catalogues et les ouvrages, elles ne correspondent à aucune de celles employées dans la vie courante. Si on se réfère à des répertoires établis pour d’autres disciplines cela ne fait qu’ajouter à la confusion. Tout cela ne serait pas bien
grave si la couleur d’un timbre n’avait pas parfois une telle incidence sur sa valeur.

Lire la suite au format PDF

DESPERATI, une famille de faussaires.

Il s’est écrit des milliers de lignes sur Jean Sperati. Même les plus récentes œuvres passent sous silence ou éludent des faits qui ont été de notoriété publique mais oubliés. Il y a plus de trente ans, dès la première édition de « Faux et Truqués », je donnais quelques éléments montrant que la carrière de Sperati avait commencé bien plus tôt que la plupart des philatélistes le pensaient. Des documents datés et incontestables mettent en évidence la longue carrière de faussaire et d’escroc de Sperati et de sa famille.

Lire la suite au format PDF